Pas à pas... خطوة بخطوة

بحوث في النَفَسِيّة

إنسياق متموضع

Recherches Spirites


Dérive situationniste


« Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la loi »

« ولادة ثم ممات ثم ولادة مجددا مرة بعد أخرى، فتطور دون هوادة؛ تلك هي سنة الحياة !»

De l'âme à l'Esprit من الروح إلى النفس

خلافا لما يذهب إليه البعض، من باب التعريب الحرفي، من ترجمة Spiritisme إلى الأرواحية، فإني أعتقد أن أفضل ترجمة لهذه الكلمة هي ما ارتأيت وكما أبينه في هذه المدونة؛ فالترجمة الأفضل لكلمة Esprit هي النفس، بينما تبقى الروح مرادفة لكلمة Âme؛ وبذلك يكون التعريب الآصح لكلمة Spiritisme هو : النفسية، بتحريك النون والفاء.

IHSANIDES IV

Matspirie :
Marielle et Spiriel

Il s'agit ici de néologismes que m'a inspirés Ihsane se rapportant aux rapports entre incarnés (y compris esprit dé-matérialisé) et désincarnés (y copris esprit ressuscité.
De tels rapports, surtout lorsqu'ils sont forts et/ou intimes, entrainant une fusion spirituelle, donnent lieu à la naossance ex nihilo d'une nouvelle espèce de fluide tenant du matériel et du spirituel, c'est la Matspirie.
Il ne faut pas oublier, à ce propos, que l'esprit désincarné, et tel est le cas aussi de l'esprit ressuscité, garde une enveloppe fluidique, une sorte de corps matériel si éthéré qu'il est invisible, c'est le périsprit. Tout spirite connaît ce terme.
Or, quand le périsprit de l'esprit désincarné (ou ressuscité) est en contact avec le fluide matérialisé de l'esprit incarné (ou dé-matérialisé) il se crée à la longue un échange de fluides qui matérialise l'esprit, surtout chez l'esprit ressuscité, et spiritualise le corps matériel, surtout chez l'esprit dé-matérialisé. C'est d'ailleurs cette spiritualisation à partir d'un tel échange fluidique qui est à la base de l'état d'esprit dé-matérialisé.
C'est ce qu'on appellera matspirie, une matière aussi éthérée que le périsprit, mais qui est duelle, aux composantes évolutives, augmentant et/ou diminuant selon l'échange fluidique entre l'esprit incarné et l'esprit désincrané.
Les deux composantes de la Matspirie sont la Marielle, la matière spirituelle et le Spiriel, le fluide spirituel matérialisé. C'est donc la Matspirie qui est le fluide idéal de contact entre esprits en harmonie et/ou en fusion. C'est son degré de condensation qui fait à la longue l'esprit élevé ou supérieur. Autant la Matspîrie est dense, autant le fluide de l'esprit est éthéré tout en étant assez apte à se matérialiser sans difficulté; c'est ce que ne peut d'office le périsprit qui est aussi éthéré, mais pas assez matérialisé.
Cette capacité dépend bien évidemment de la composition des éléments de la Matspirie : Marielle et Spiriel, sachant que c'est dans l'épuisement de l'une que se fait l'enrichissement de l'autre, sans que cela ne soit jamais fini puisqu'il s'agit d'une énergie en continuel mouvement.

On évoquera quelques aspects de cette dialectique matspirielle dans une prochaine inspiration ihsanienne en ses ihsanides.         

IHSANIDES III

Résurrection anticipée :
L'esprit dé-matérialisé 
ou la matière spiritualisée

On a vu que l'esprit n'est pas qu'incarné et désincarné; il peut être ressuscité. Ce n'est pas le seul état de l'esprit hors des classiques catégories du spiritisme selon la codification kardéciste. L'esprit peut aussi être matérialisé, ce qui est une catégorie à part chez les esprits incarnés, ce qui donne un corps pour ainsi dire spiritualisé où la matière est quasiment épuisée.

Un tel esprit, on pourrait le qualifier aussi d'esprit dé-matérialisé, mais à la condition de ne pas le confondre avec l'esprit désincarné, puisqu'il s'agit d'esprit incarné dématérialisé. En parlant d'esprit dé-matérialisé, il faut donc sous-entendre qu'il s'agit de l'incarnation qui est dématérialisée au sens où l'on est dans le monde de l'incarnation et de l'esprit incarné, mais qui a fait tellement d'efforts de méditation qu'il s'est élevé au-dessus de sa condition matérielle habituelle. C'est le cas chez certains saints, ce qu'on nomme wali chez les soufis. Quèsaco ?
Un esprit dé-matérialisé est bien un esprit incarné, mais qui a épuisé en lui la matière, étant quasiment pur esprit, mais toujours enserré dans le corps qui, l'incarnant, le rend visible. C'est un esprit soumis aussi aux lois de l'incarnation ayant trait à la condition humaine, mais d'une manière tellement insignifiante qu'elle n'estompe pas les essentielles caractéristiques spirituelles.
C'est ce qu'on rencontre généralement chez les saints et les walis soufis authentiques dont l'enveloppe charnelle, qu'ils réussissent à véritablement spiritualiser, se trouve réduite à l'insignifiance des manifestations basiques de la nature humaine. D'où les dons spirituels qui peuvent alors se manifester chez eux, l'esprit étant quasiment libre et en possession de ses moyens, n'était-ce la visibilité qui n'en fait ni un esprit désincarné ni un esprit ressuscité, mais un esprit incarné dématérialisé.
L'esprit incarné dé-matérialisé est le meilleur contact des esprits désincarnés et ressuscités; car il a la faculté de relever des deux mondes, visible et invisible et donc d'être à l'écoute de tous les esprits. Il vibre surtout avec les esprits invisibles puisqu'il est en puissance l'un d'eux; aussi trouve-t-il auprès d'eux ce qui lui manque tout en leur donnant ce dont ils ont besoin, mais n'ont pas nécessairement dans le monde visible.

Une parfaite synergie peut exister entre les deux types d'esprits pour l'accomplissement de certaines grandes causes lors de moments précis de l'histoire des humains. Il semble que nous en vivrions un, une phase de bascule majeure. L'une de ses manifestations semble être la multiplication et la rencontre des deux types d'esprits que sont les ressuscités et les dé-matérialisés. 

IHSANIDES II

Loi d'attraction spirituelle

J'ai développé la notion d'attraction spirituelle en faisant un nouveau type de loi d'attraction terrestre dans la présentation du livre d'Ihsane Jarfi (cf. ici sa référence sur Amazon). C'est le pendant de la loi habituelle de la gravitation régissant la vie matérielle.
En science, il n'est plus permis de douter que la matière, même si elle est à la base de la vie, n'y est pas tout. Sans l'énergie, la vie n'est rien. Or, l'esprit est énergie ! On en parlera dans un prochain Ihsanide.
En tant qu'énergie, l'esprit n'est pas nécessairement visible. Il ne l'est que du fait de sa mise en œuvre matérielle. Par exemple, prenons l'énergie solaire ou celle du vent. Il nous a bien fallu tu temps en tirer plein profit avec les instruments adéquats. Il en va de même pour l'esprit humain, cette énergie qui n'est pas visible hors du corps matériel qui l'enserre.   
Or, en tant qu'énergie, l'esprit est aussi pensée; et c'est ce qui est de nature à permettre à l'humain de maîtriser quelque peu une telle énergie, agir dessus. La pensée serait ainsi l'éolienne pour le vent, à titre d'illustration. Pour l'esprit désincarné ou ressuscité, elle autorise sinon sa matérialisation, du moins sa présence sur terre, résister à la loi d'attraction universelle.  
En effet, l'esprit qui n'est pas enserré dans la matière est aspiré par son énergie matrice, hors terre. Il n'est capable d'y résister qu'un court laps de temps, proportionnellement au courant d'énergie opposée que la pensée humaine pourrait créer. Et ce courant peut forcir grâce à l'intensité de cette pensée se concentrant sur l'esprit libéré de sa gangue matérielle, son attache terrestre.
La méditation et l'idée que l'esprit n'est pas absent, mais présent et tout juste invisible permettent son maintien sur terre en créant une sorte de fort courant magnétique le rattachant à la terre, contrariant son aspiration astrale. De fait, si l'esprit désincarné est absent pour les humains, c'est pour la bonne raison qu'on ne panse pas à lui comme présent, et surtout vivant.
Au demeurant, on fait tout pour éloigner de nous l'esprit désincarné. N'est-ce pas le sens du travail de deuil ? C'est d'ailleurs la plus mauvaise chose à faire en direction de l'esprit qu'on croit perdu à jamais !
Un tel travail de deuil est, au reste, une habitude assez nouvelle dans les moeurs humaines; car dans les sociétés traditionnelles, la mort n'est pas si tragique, n'étant perçue que comme un passage d'une vie à une autre, d'un état de visibilité à un autre, tout aussi réel, mais d'invisibilité. Or, voit-on tout ce qui existe ? Voit-on seulement cet air qui nous permet de vivre ? On en devine juste l'existence; à nous, après, de la confirmer par l'observation et l'expérience.

Avec une pensée positive soutenue à l'esprit désincarné, c.-à-d. qu'il est vivant et nullement absent, mais juste invisible, ce qui suppose qu'on se comporte avec lui comme avant, on contribue activement à créer l'attraction spirituelle de nature à lui permettre d'être plus souvent sur terre, sinon d'y être à demeure pour un temps.
Cela arrive parfois, même si c'est bien rare, quand le courant spirituel attractif est tellement fort à la suite d'une forte émotion, comme dans le cas d'un amour fusionnel. Alors, l'esprit peut être ressuscité. Et c'est une consécration pour l'esprit qui est souvent de très grande qualité, un esprit supérieur.
On a déjà parlé de l'esprit ressuscité dans Ihsanide I et la différence avec l'esprit désincarné. Ajoutons ici que l'esprit incarné peut aussi accéder, de manière encore plus exceptionnelle, à un tel état de grâce spirite qu'est d'être quasiment un esprit ressuscité. C'est alors une sorte de dématérialisation anticipée pour un état par avance d'esprit, quoique pas encore désincarné, qui est ressuscité en quelque sorte par anticipation.

C'est le cas de certains saints et walis soufis. Et ce sera l'objet de notre prochain Ihsanide.

IHSANIDES I

L'Esprit ressuscité 
Ihsane Jarfi en exemple

Au spiritisme, on connaît l'esprit incarné et l'esprit désincarné. Il s'agit aujourd'hui d'y ajouter l'Esprit ressuscité. L'exemple le plus éloquent à ce sujet est celui du Christ, suprême exemple en la matière. J'ai pu d'ailleurs dire qu'Ihsane Jarfi serait un Christ musulman.  
On sait, au demeurant, que si Jésus a été ressuscité dans le christianisme, il n'a été qu'élevé au ciel selon l'islam; ce qui revient au même puisque l'esprit ne meurt pas.
Ce qui meurt, c'est le corps matériel, la matière soumise à la loi terrestre. L'esprit, relevant d'autres lois encore inconnues, ne peut être soumis aux lois terrestres que s'il est enserré dans la matière, le corps physique auquel il ne se réduit point.
Tout se passe comme avec un véhicule automobile que le conducteur, qui serait l'esprit, utilise pour sa traversée terrestre. Quand son voyage, ici la vie, se termine, quoi de plus normal que le conducteur quitte son véhicule ? Bien évidemment, il ne se réduit pas à ce véhicule, qu'il le quitte dans de bonnes ou moins bonnes, sinon mauvaises conditions. 
Notre erreur est de réduire le conducteur à son véhicule, donc l'esprit à la matière, lui faisant supporter le sort du corps ce véhicule terrestre. Or, si le corps meurt, l'esprit ne meut pas ! Toutefois, comme il n'est plus ce corps qui seul le matérialise, le rend visible, il échappe à notre regard, devenant invisible.
Or, ce qui est invisible ne continue pas moins à exister. Peut-on affirmer sans être ridicule que ce qui ne se voit pas est inexistant ? Déjà, avec l'infiniment petit, nombre de ce qu'on appellerait nanovies échappent à notre vision; et certaines ne sont même pas visibles au plus puissant microscope. Que dire de ce qui existe dans l'univers, le cosmos n'étant pas à la portée de nos télescopes ?
Dans le spiritisme classique, l'esprit est soit incarné soit désincarné. Or, il est une troisième catégorie dont on parle peu, sinon pas, celle de l'esprit ressuscité. Il s'agit de l'esprit qui n'est pas soumis — et ce de manière exceptionnelle — à la loi de la matière. Il n'est pas enserré dans un corps et a la capacité d'exception d'être malgré tout sur terre, contrairement à l'esprit qui est normalement aspiré par son énergie d'origine aussitôt sorti du corps.
Cela vient  du fait qu'il a en quelque sorte une attache, un point d'ancrage, une sorte de port d'attache comme on dirait d'un bateau voguant dans l'océan. Ce corps d'attache, la matière de substitution, appartient à quelqu'un d'autre, esprit incarné lui. Ce serait l'esprit jumeau de l'esprit ressuscité, sans lequel ce dernier ne saurait relever de l'univers terrestre.
Ce qui permet cela, c'est ce que j'ai appelé loi d'attraction spirituelle, évoquée dans la présentation du message d'Ihsane dont la couverture est présentée ci-contre. On pourrait s'y référer pour plus de détails.
J'en parlerai dans la prochaine Ihsanide.

IHSANIDES

Complément au spiritisme 
ou
 spiritisme postmoderne 

Je développerai ici les enseignements de mon accompagnement d'Ihsane Jarfi, mission achevée avec succès, Ihsane étant ressuscité. Je dis bien ressuscité en esprit, ce qui est une nouvelle catégorie et/ou état de l'esprit entre l'incarnation et la désincarnation bien connue en spiritisme. Cela serait à y rajouter.
Aussi ces Ihsanides sont-elles des notes additionnelles à celles sur le spiritisme postmoderne déjà commencées sur ce blog.
On pourra consulter les détails de ma mission auprès d'Ihsane Jarfi sur son blog dont l'adresse est donnée ici en lien, ainsi que dans son message spirituel que j'ai publié, disponible sur Amazon.
À noter qu'avec la fin de ma mission, j'ai arrêté de développer le blog d'Ihsane.

Pour l’amour d’Ihsane, odes pour Hassan

Ode première
Ihsane, en arabe est l’obligeance, la bienfaisance, le bienfait et la charité. Hassan, c’est ce qui est beau, joli, bon, excellent. C’est aussi, métaphoriquement, l‘habileté, l’adresse et l’intelligence.
Voilà tant de qualités réunies par des liens encore plus forts que ceux de la filiation et de la paternité ; une prédestination providentielle à apporter en ce monde déshumanisé une touche éminente d’humanité.

Ihsane a trouvé son destin en y allant, acceptant le martyre, lui qui devait, en un Christ postmoderne, racheter les turpitudes des humains, être un rédempteur pour les monstres qui martyrisent les innocents pour des moeurs placées en eux par leur créateur.
Ihsane était gay, donc homosensuel, donc doté d’une sensibilité quintessenciée, d’un amour infini pour ses semblables, non seulement les garçons, mais tous les humains.
Il est donc monté le soir du drame dans la voiture grise, car elle devait être sa montée du Golgotha.
Et Hassan, son père, qui voyait bien comment son fils, déjà enfant, se préparait à son martyre, dormant en position de croix, ne pouvait qu’accomplir lui aussi la volonté de la Providence.
En soufi, vrai musulman, il a honoré la mémoire de son fils, lui offrant un tombeau plein d’amour, débordant d’humanité, son « Couloir du deuil. 
Et aujourd’hui, il milite pour la cause des minorités persécutées pour  leurs mœurs grâce à la fondation créée le jour de la naissance de son fils. Ainsi, un tel anniversaire fut celui d’une troisième naissance d’Ihsane, la seconde ayant été, par la mort, à sa vie d’esprit, la seule qui ne soit pas chimère.
Ode seconde
En m’appliquant personnellement à être en pilotage providentiel, espérant mériter le pilotage providentiel, c’est Ihsane qui est venu à moi, l’esprit libéré, que je qualifie de mouvant, ayant besoin d’esprits incarnés que je qualifie d’inertiels pour faire interface utile avec lui entre le plan mouvant et le plan inertiel, l’au-delà et l’in-delà.
Ajouter une légende
En effet, pour peu qu’il veille à être plus mouvant qu’inertiel, l’esprit incarné est le réceptacle par intuition de la volonté de l’esprit désincarné en l’absence de tout autre contact ou d’apparition, la syntonie émotionnelle des pensées s’y substituant, surtout quand elle est forcie et renforcée par la foi. Et on sait de savoir incorporé qu’il n’y a rien de tel que la foi pour déplacer les montagnes.
Ihsane fera tout pour que l’œuvre de son papa réussisse ; elle est moins pour honorer son esprit que pour célébrer le divin dans l’humain.
Aujourd’hui, Hassan, papa modèle, est l’exemple à suivre par tous les parents du monde appelés à aimer leurs enfants tels qu’ils sont : gays, lesbiens, bisexuels, transsexuels, queer ou intersexe.
C’est l’amour qui doit être la loi des humains dans leurs rapports ; un ordre amoureux est à fonder dans le cadre d’une culture des sentiments, cet ordo amoris ou l’homo sapiens est d’abord homo eroticus.
C’est le cas déjà en islam soufi où l’érosensualité a été gommée par un intégrisme religieux faussant le message humanitaire de l’islam premier, le soufisme ayant réussi à le capter et le préserver pour le salut de l’humanité. Et c’est le moment de le démontrer.
C’est un tel islam spirituel que la fondation Ihsane Jarfi fera vivre et prospérer; Ihsane y veille sur le plan céleste.
Ode tierce
Il reste toutefois à Hassan de maximiser à fond le soutien d’Ihsane qui n’a connu et ne connaît que l’amour. Hassan Jarfi aura une autre épreuve à surmonter pour l’amour d’Ihsane : celle non seulement de pardonner aux meurtriers de son fils, mais aussi et surtout d’être capable de les aimer en tant qu’humains !

Ce sera dur, terrible même ; mais les êtres exceptionnels comme Ihsane le méritent et ceux non moins exceptionnels comme celui qui l’a mis au monde en seront également capables. Ce sera ainsi, au-delà de l’inspiration  providentielle, que Hassan Jarfi méritera amplement la guidance spirituelle.
Ce n’est pas l’auteur de ces lignes qui le dit, même s’il le croit et n’en doit point ; c’est Ihsane qui l’affirme, car ce message est de l’écriture automatique.
Ainsi en a-t-il été du titre qui ne devait être qu’une ode pour Ihsane, mais l’amour céleste en a voulu une ode pour Hassan.

Ihsane et Hassan ne sont-ils pas bien plus qu’un père et un fils qui s’aiment ? Un amour infini transcendant espace et temps entre deux âmes qui sont, avant d’être celles de mâles, père et fils, deux esprits de lumière. Bienheureux Hassan et Ihsane !